Affichage des articles dont le libellé est Afrique. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Afrique. Afficher tous les articles

WINS : l'Unesco met en ligne les données mondiales sur le cycle de l’eau

mardi 31 janvier 2017

               
WINS : les données mondiales sur le cycle de l’eau accessibles en quelques clics
Créer une carte sur mesure intégrant des données sur les zones arides, les précipitations, les aquifères transfrontaliers et l’irrigation en Asie ou dans le bassin méditerranéen : ce sera désormais possible grâce à WINS, une plateforme interactive libre d’accès lancée le 31 janvier par le Programme hydrologique international (PHI) de l’UNESCO. Destinée à être continuellement enrichie et mise à jour, cette base de données globale vise à devenir une référence mondiale sur le cycle de l’eau.  
Alimentée par des sources internationales (AQUASTAT, Organisation mondiale de la santé, Fonds des Nations Unies pour l’enfance, UNSTAT…) et par les partenaires de l’UNESCO, WINS a pour vocation de rassembler un maximum d’informations validées sur le cycle de l’eau. La plateforme reflétera aussi les informations relatives aux programmes phares de l’Organisation tels que les sites du Patrimoine mondial, les réserves de biosphère ou encore les géoparcs mondiaux UNESCO.
Les utilisateurs auront la possibilité de visualiser et même de générer des cartes sur mesure, en fonction des problématiques qui les intéressent. WINS permettra aussi aux membres de la communauté de l’eau d’aller plus loin en favorisant l’échange de données, une collaboration interdisciplinaire et une mise en réseau des acteurs du secteur de l’eau.
La mise en place de WINS fait suite à une résolution du Conseil du Programme hydrologique international de l’UNESCO adoptée en juin 2016 afin d’aider les Etats membres à mettre en œuvre l’Objectif de développement durable des Nations Unies n°6 sur l’eau et l’assainissement.
***
Lien WINS : https://fr.unesco.org/phi-wins

Lire la suite - WINS : l'Unesco met en ligne les données mondiales sur le cycle de l’eau

Uranium : la France otage de ses choix nucléaires en Afrique ?

jeudi 7 novembre 2013

La France est-elle otage de l’uranium, combustible nucléaire ? C'est la question que pose aujourd'hui le MAN, Mouvement pour une Alternative Non violente. Deux événements récents dans l’actualité (la libération des otages, et l’assassinat de deux journalistes) mettent en lumière les relations que la France entretient avec le Mali et le Niger. 
" Les 4 otages français Pierre Legrand, Marc Feret, Thierry Dol et Daniel Larribe, enlevés au Niger le 16 septembre 2010 par AQMI ont été libérés. A ce premier événement le MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente) ne peut que se réjouir. Deux journalistes de Radio France internationale (RFI), Ghislaine Dupont et Claude Verlon, ont été assassinés dans le nord du Mali, samedi 2 novembre, par un groupe d'hommes armés qui venait de les enlever, alors qu'ils effectuaient un reportage à Kidal. A ce deuxième événement le MAN ne peut que s’attrister et compatir à la douleur de leurs familles. Cependant au delà de l’émotion qui a accompagné ces deux nouvelles, le MAN souhaite apporter quelques éléments d’analyse. La prise d’otage de salariés des grandes sociétés françaises Vinci et Areva est liée à l’exploitation de l’uranium pour l’énergie nucléaire française. Au Niger le groupe français Areva a produit l’an dernier 37% de ses 9760 tonnes d’uranium avec une rentabilité non négligeable puisque cette activité a rapporté 352 millions d’euros de résultats opérationnels, sans que les compensations pour les populations soient le moins du monde à la hauteur des profits engrangés par cette société. 
 La libération des otages est intervenue au moment crucial où le Niger (qui a pris une part importante dans les négociations pour la libération des otages) et Areva ne parviennent pas à s’accorder sur le renouvellement de certaines concessions qui permettent à la société française d’exploiter l’uranium nigérien. Dans cette région du monde où la majorité de la population est pauvre, d’énormes sommes d’argent sont en jeu. Au-delà des contreparties de la libération des otages qui ne peuvent manquer d’avoir été données, et qui, de fait, participent au financement du terrorisme, il faut savoir qu’Areva a reconnu avoir offert 35 millions d’euros au gouvernement du Niger pour renforcer la sécurité de l’extraction de l’uranium. 
Les attentats du 23 mai dernier avaient fait une vingtaine de morts à Agadez et à Arlit sur le site exploité par Areva où les otages avaient été kidnappés. La présence d’Areva, (l’intervention de l’armée française au Mali voisin, aurait-elle eu lieu sans l’exploitation de l’uranium par cette société française ?) augmente l’instabilité de cette région du monde et le risque d’actes de terrorisme. L’assassinat des journalistes français en est hélas un triste exemple. Un véritable jeu d’échec sanglant se déroule actuellement dans le Nord du Mali. Cette région reste très instable, attentats et attaques se multipliant à l’approche des élections législatives, dont le premier tour est prévu le 24 novembre. Tout cela est lié en partie à l’entêtement du gouvernement français à poursuivre la filière nucléaire. Contrairement à ce que veut faire croire le puissant lobby pro-nucléaire, l’énergie nucléaire française n’est ni indépendante, ni sûre. Le MAN réitère son opposition au nucléaire civil et militaire. 
 De la mine aux déchets, disons non au nucléaire, civil et militaire !"
 Lyon le 5 novembre 2013,
 Pour le MAN Yvette BAILLY Porte-parole



Lire la suite - Uranium : la France otage de ses choix nucléaires en Afrique ?

Danielle Nierenberg, une blogueuse qui rêve de "nourrir la planète"

lundi 16 août 2010

Danielle Nierenberg est chercheure principale au Worldwatch Institute et co-directeur du projet "Nourrir la Planète"
Elle réalise en ce moment un voyage autour du monde avec pour objectif  "d'évaluer des moyens respectueux de l'environnement pour lutter contre la faim et la pauvreté". Actuellement en voyage à travers l'Afrique subsaharienne, elle documente ses recherches sur un blog, nourishingtheplanet.org. Le projet se terminera avec la sortie de L'état du monde 2011: Innovations qui nourrissent la planète

De son voyage, Danielle Nierenberg nous écrit : "J'ai eu des réunions avec les agriculteurs, les groupes d'agriculteurs, les travailleurs, les ONG, les décideurs politiques et les gouvernements partout dans l'Est et en Afrique australe et passera les prochains mois à la recherche d'innovations agricoles au Gambia, au Senegal, et en Mauritanie.

En plus de faire des blogs chaque jour sur les projets que je vois sur le terrain, j'essaye de présenter une innovation différente chaque semaine. Certaines de ces innovations pourraient fournir  des pistes intéressantes pour les histoires à venir. Cette semaine, je présente le travail d' agriculteurs qui participent à un projet de CARE dont le titre est l’initiative pour les fermiers du futur (IFF). Cette initiative aide à la diffusion de l'enseignement agricole durable dans 27 écoles à travers le Rwanda. Le projet est en train d’améliorer la sécurité alimentaire locale et de fournir des compétences essentielles pour les enfants vivant dans un pays où plus de 85 pour cent des moyens de subsistance de la population dépendent de l'agriculture à petite échelle".

Pour développer son réseau, Danielle Nierenberg a besoin de contacts
 "S'il vous plaît, écrit-t-elle, n'hésitez pas à me contacter pour plus d'informations. Je suis disponible pour vous mettre en contact avec les gens des projets sur le terrain qui pourraient vous intéresser". En plus, je vous invite à vous inscrire directement à notre bulletin électronique hebdomadaire ‘Nourrir la planète... N’hésitez pas à me faire savoir si vous avez des questions ou si vous avez besoin d'informations complémentaires".
Pour visiter le site, c'est ici -

http://www.wikio.fr
Partager sur facebook

BlogBang
Lire la suite - Danielle Nierenberg, une blogueuse qui rêve de "nourrir la planète"

Forum : De l´eau et de l´énergie pour l´Afrique

lundi 20 octobre 2008

Une  vingtaine de pays africains participent  au forum de quatre jours, du 21 au 24 octobre à Lyon, sur le thème de "eau et énergie" en Afrique. Cette huitième édidion du Forum Eurafric-Partners est organisée par l´Agence pour le Développement des Entreprises en Afrique. une organisation qui n´a rien d´une ONG. 
La région Rhône-Alpes qui accueille ce forum est selon les organisateurs "la première région productrice d´énergie en Europe", ce qui doit être vrai si l´on compte les centrales nucléaires disséminées sur son territoire.

Les objectifs du millénaire
L´eau et l´énergie font partie des objectifs prioritaires des Nations Unies dans un programme baptisé "Objectifs du millénaire". Cette édition européenne des rencontres associe aussi bien des entrepreneurs de petites et moyennes entreprises que des fonctionnaires européens ou des représentants d´institutions internationales. Le forum qui espère organiser les partenariats est une occasion unique de parler dans un même lieu et sur un temps assez long (quatre jours) de financements, de transferts de technologies et de partenariats internationaux.

Selon le Fonds monétaire international (FMI),  les pays en développement ont besoin de 49 milliards de dollars par an d'investissement dans le secteur de l'eau jusqu'en 2015. Pour la Banque africaine de développement (BAD), le montant des investissements nécessaires dans le domaine de l'eau en Afrique est de 20 milliards de dollars US par an.

Lire la suite - Forum : De l´eau et de l´énergie pour l´Afrique

 
 
 

LYFtv-Environnement