Affichage des articles dont le libellé est environnement. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est environnement. Afficher tous les articles

WINS : l'Unesco met en ligne les données mondiales sur le cycle de l’eau

mardi 31 janvier 2017

               
WINS : les données mondiales sur le cycle de l’eau accessibles en quelques clics
Créer une carte sur mesure intégrant des données sur les zones arides, les précipitations, les aquifères transfrontaliers et l’irrigation en Asie ou dans le bassin méditerranéen : ce sera désormais possible grâce à WINS, une plateforme interactive libre d’accès lancée le 31 janvier par le Programme hydrologique international (PHI) de l’UNESCO. Destinée à être continuellement enrichie et mise à jour, cette base de données globale vise à devenir une référence mondiale sur le cycle de l’eau.  
Alimentée par des sources internationales (AQUASTAT, Organisation mondiale de la santé, Fonds des Nations Unies pour l’enfance, UNSTAT…) et par les partenaires de l’UNESCO, WINS a pour vocation de rassembler un maximum d’informations validées sur le cycle de l’eau. La plateforme reflétera aussi les informations relatives aux programmes phares de l’Organisation tels que les sites du Patrimoine mondial, les réserves de biosphère ou encore les géoparcs mondiaux UNESCO.
Les utilisateurs auront la possibilité de visualiser et même de générer des cartes sur mesure, en fonction des problématiques qui les intéressent. WINS permettra aussi aux membres de la communauté de l’eau d’aller plus loin en favorisant l’échange de données, une collaboration interdisciplinaire et une mise en réseau des acteurs du secteur de l’eau.
La mise en place de WINS fait suite à une résolution du Conseil du Programme hydrologique international de l’UNESCO adoptée en juin 2016 afin d’aider les Etats membres à mettre en œuvre l’Objectif de développement durable des Nations Unies n°6 sur l’eau et l’assainissement.
***
Lien WINS : https://fr.unesco.org/phi-wins

Lire la suite - WINS : l'Unesco met en ligne les données mondiales sur le cycle de l’eau

Avec ou sans la circulation alternée, nos poumons restent sous pression !

jeudi 8 décembre 2016



france nature environnementDepuis une semaine, presque l’intégralité de l’Europe est en alerte « Pollution de l’air ». C’est le plus haut pic de pollution de l’année. Entre le froid et le beau temps, les émissions augmentent de tous les côtés. Comme à chaque fois, les solutions mises en place au moment du pic sont sans effet alors qu’un déclenchement des différentes mesures, comme la circulation alternée, en amont du pic permettrait sans doute de l’éviter.
Le bilan sanitaire est lourd
La qualité de l’air est l’une des premières préoccupations  des citoyens. Asthme, bronchites aiguës ou chroniques, cancers des voies respiratoires et broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO), maladies cardio-vasculaires, multiplication et aggravation des allergies, hypertension artérielle, bronchiolites... L’impact sur notre santé est inquiétant. Des études montrent aussi les liens qui existeraient entre un air dégradé et certaines maladies neuro-dégénératives (Parkison et Alzheimer). A l’échelle européenne, 93 % des citoyens sont exposés à des seuils de pollution supérieurs aux recommandations de l’OMS. Les premières victimes sont les populations les plus vulnérables : les malades, les personnes âgées, les femmes enceintes, les nourrissons et les enfants. Chaque année en France, 52 000 décès prématurés sont liés à la pollution de l’air, soit 145 personnes par jour. Pour couvrir le coût sanitaire (hospitalisations, consultations médicales, dépenses en médicaments…), les Français doivent s’acquitter d’une facture annuelle de plus de 100 milliards d’euros.
Une réaction toujours trop tardive
On sait qu’avec le beau temps, le froid et l’absence de vent, le risque de voir apparaître un pic de pollution augmente. Il existe des prévisions météorologiques qui permettent de connaître la date et la durée d’un tel phénomène. Pourtant, nous sommes toujours  dans la réaction plutôt que dans l’anticipation. La circulation alternée, demandée par Anne Hidalgo, lui a été refusée à deux reprises. Dans la majorité des régions de France, les alertes à la pollution de l’air se multiplient mais la mise en place d’actions tarde dans les grandes villes.
IL faut prévenir, faute de pouvoir guérir
De bonnes initiatives sont en cours. Les pastilles Crit’Air vont aider à limiter la circulation des véhicules les plus polluants et Anne Hidalgo, la maire de Paris, s'engage à bannir le diesel de Paris d'ici 2025. A noter également que le Conseil de l’Union européenne a voté aujourd'hui de nouveaux seuils d’émissions nationaux sur cinq polluants atmosphériques (NOX, NH3, PM2,5, SO2 et COV).
Charlotte Lepître, chargée de mission Santé & environnement : « Il serait dangereux de croire que le phénomène concerne uniquement Paris. Dans la vallée de L’Arve, des appels à mobilisation se font entendre. La prise de conscience des citoyens est réelle et il faut bien admettre que la circulation alternée, faute de résoudre le problème, contribue à cette prise de conscience.»
Michel Dubromel, Vice-président de FNE : «  Dans tous les cas, les vraies solutions passent par un changement de modèle en matière de mobilité. Rappelons que l'écotaxe avait été créée pour que l'Etat finance le développement de l'offre alternative. Le recul de l'Etat devant quelques bonnets rouges n'a pas fini de coûter très cher à l'ensemble de nos concitoyens.»



Lire la suite - Avec ou sans la circulation alternée, nos poumons restent sous pression !

Autopartage : Bluely étend son service à Lyon Confluence dans un quartier en plein développement,

dimanche 11 septembre 2016

             
Le quartier de la Confluence en plein développement, avait accueilli en 2015 sa première station Bluely dotée de 5 bornes. Au vu de l’affluence croissante dans ce quartier, 3 nouvelles stations verront le jour en 2016 permettant ainsi d’étendre le réseau et de proposer de nouveaux trajets à ses abonnés. 
 Une nouvelle station a d’ores et déjà été installée fin août, cours Charlemagne, devant la patinoire, à proximité du pôle de loisirs et de commerces. Les deux prochaines stations seront mises en service à l’automne, quai Rambaud et cours Suchet. 
 Avec ces nouvelles implantations, le maillage du territoire métropolitain se poursuit. Lancé en 2013, le service d’autopartage Bluely dispose désormais de plus de 100 stations réparties sur 11 communes de l’agglomération et offre plus de 500 places de stationnement permettant ainsi aux utilisateurs de déposer leur véhicule à la station de leur choix. 
 Bluely en chiffres : 
 - 270 voitures électriques (226 Bluecar et 44 Twizy) 
 - 500 bornes de charge - 100 stations 
 - 170 000 locations 

 A propos de la société Blue Solutions : 
 Cotée en Bourse depuis le 30 octobre 2013, Blue Solutions est la société qui regroupe les activités de stockage d’électricité développées par le groupe Bolloré. En diversifiant son activité historique de producteur de papiers et de films plastiques ultrafins, le groupe Bolloré est devenu producteur de composants électriques complets pour condensateurs, jusqu’à détenir plus d’un tiers du marché mondial. 
À partir de cette expertise et après 20 ans de R&D, le groupe a mis au point des batteries et solutions de stockage d’électricité qui reposent sur une technologie unique, la batterie LMP® (Lithium Métal Polymère) ainsi que sur la technologie des supercapacités. Ces batteries sont utilisées dans des applications mobiles (véhicules électriques), mais aussi dans des applications stationnaires (stockage d’électricité pour les particuliers, les entreprises, les collectivités…), développées et commercialisées par d’autres entités du groupe réunies au sein de Blue Applications, qui connaissent, depuis 2011, un développement rapide sur tous les continents.

 -----------------------

LYFtv a besoin de votre soutien - abonnez vous !

Lire la suite - Autopartage : Bluely étend son service à Lyon Confluence dans un quartier en plein développement,

Fabrice Nicolino : lettre à un paysan sur le vaste merdier qu'est devenue l'agriculture

samedi 12 septembre 2015


Lettre+paysan+Fabrice+Nicolino Dans cette lettre à un paysan de 90 ans, Fabrice Nicolino revient, avec la verve, la précision et la limpidité qu'on lui connaît, sur les révolutions qui ont ébranlé l'agriculture : la standardisation à outrance et la mécanisation des cultures et de l'élevage, l'utilisation des pesticides et des engrais, l'influence grandissante des ingénieurs agronomes, le remembrement des terres, la limitation des semences, la mise de l'agriculture au service de l'industrialisation. Et aujourd'hui, le braquage des terres à l'étranger pour pallier le manque de surface agricole. Il déplore ces "commandos français venus de l'Inra, de la recherche, de la haute administration, du syndicalisme paysan officiel" qui, "enivrés d'Amérique", ont sauté "sur les campagnes, fusillant sans jugement quelques millions de paysans", "enfermant à triple tour veaux, vaches et cochons, inondant les champs de nouvelles molécules chimiques, et finissant la journée en se tapant dans le dos de contentement."
Reste aujourd'hui une question : "Ce qui a été fait peut-il être défait ? Oui, jurent quelques siphonnés, dont je suis, écrit-il. (...) Mon vieux Raymond, (...) ne me dis surtout pas que tu ne regrettes rien. Moi, si. Une autre histoire était possible. Un autre monde reste à construire." 
Dans ce texte percutant, Fabrice Nicolino nous bouscule et appelle à retrouver la raison ainsi que, pour citer Paul Ricoeur, "la simplicité des choix fondamentaux".

Lire la suite - Fabrice Nicolino : lettre à un paysan sur le vaste merdier qu'est devenue l'agriculture

 
 
 

LYFtv-Environnement