Affichage des articles dont le libellé est international. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est international. Afficher tous les articles

WINS : l'Unesco met en ligne les données mondiales sur le cycle de l’eau

mardi 31 janvier 2017

               
WINS : les données mondiales sur le cycle de l’eau accessibles en quelques clics
Créer une carte sur mesure intégrant des données sur les zones arides, les précipitations, les aquifères transfrontaliers et l’irrigation en Asie ou dans le bassin méditerranéen : ce sera désormais possible grâce à WINS, une plateforme interactive libre d’accès lancée le 31 janvier par le Programme hydrologique international (PHI) de l’UNESCO. Destinée à être continuellement enrichie et mise à jour, cette base de données globale vise à devenir une référence mondiale sur le cycle de l’eau.  
Alimentée par des sources internationales (AQUASTAT, Organisation mondiale de la santé, Fonds des Nations Unies pour l’enfance, UNSTAT…) et par les partenaires de l’UNESCO, WINS a pour vocation de rassembler un maximum d’informations validées sur le cycle de l’eau. La plateforme reflétera aussi les informations relatives aux programmes phares de l’Organisation tels que les sites du Patrimoine mondial, les réserves de biosphère ou encore les géoparcs mondiaux UNESCO.
Les utilisateurs auront la possibilité de visualiser et même de générer des cartes sur mesure, en fonction des problématiques qui les intéressent. WINS permettra aussi aux membres de la communauté de l’eau d’aller plus loin en favorisant l’échange de données, une collaboration interdisciplinaire et une mise en réseau des acteurs du secteur de l’eau.
La mise en place de WINS fait suite à une résolution du Conseil du Programme hydrologique international de l’UNESCO adoptée en juin 2016 afin d’aider les Etats membres à mettre en œuvre l’Objectif de développement durable des Nations Unies n°6 sur l’eau et l’assainissement.
***
Lien WINS : https://fr.unesco.org/phi-wins

Lire la suite - WINS : l'Unesco met en ligne les données mondiales sur le cycle de l’eau

Scandale Volkswagen : pour France Nature Environnement, "les autres trichent aussi"

mardi 22 septembre 2015

               
Volkswagen
Les autres trichent aussi
Volkswagen a fraudé aux Etats-Unis sur les contrôles anti-pollution, en utilisant un logiciel masquant la performance réelle de ses véhicules. Le fait n’est pas nouveau pour France nature environnement. Depuis trois ans, nous travaillons avec l’ONG Transport &Environment pour dénoncer les multiples tours que les constructeurs automobiles ont dans leur sac pour contourner la réglementation environnementale.
La fraude est généralisée
L’étude menée conjointement par Transport &environment, fédération européenne dont FNE est membre, et l’International council for clean transportation est connue depuis 2014. Elle résulte d’un travail qui a duré trois ans. Elle fait apparaître que les émissions réelles des véhicules peuvent être entre 8 et 22 fois plus élevées que les chiffres donnés par les constructeurs, à l’issue de tests en laboratoire.
Cette étude dit également que les contrôles, tels qu’ils sont réalisés actuellement, permettent aux constructeurs de manipuler les données informatiques et techniques. Ils peuvent truquer les données d’inertie, fournir des véhicules allégés et bien réglés, très différents de ceux qui vont circuler. En plus de cela, les tests se déroulent sur des ponts roulants, bien loin des conditions réelles de circulation.
Mettre un coup de pied dans la fourmilière
Le système de contrôle des émissions de polluants des voitures neuves doit être entièrement revu. Si les prochaines normes EURO prendront bientôt en compte les conditions réelles de circulation, il est à craindre que les constructeurs automobiles, dont le lobby est très puissant à Bruxelles, obtiennent des dérogations. Il faut créer une entité réellement indépendante qui contrôle sur la base de tests en conditions réelles de circulation.
Denez L’Hostis, président de France nature environnement, réagit : « Nous n’avons de cesse de le dire: les constructeurs trichent aussi en Europe et cela leur permet de capter des financements publics pour leurs véhicules prétendument propres. Avec Transport &Environment, nous avons montré l’écart entre les déclarations des constructeurs et les mesures en conditions réelles de circulation. La confiance envers les constructeurs automobiles est irrémédiablement écornée par cette affaire. L’industrie automobile doit immédiatement cesser de porter atteinte à la santé publique par ses comportements irresponsables. ».

Contacts presse :
 
Benoit Hartmann, porte parole, 06 87 70 41 07
Michel Dubromel, pilote du réseau Transports et Mobilités Durables, 06 82 52 11 81
Adrien Brunetti, chargé de mission du réseau Santé environnement, 01 44 08 77 84

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l´environnement. C´est la porte-parole d´un mouvement de 3000 associations, regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. France Nature Environnement, partout où la nature a besoin de nous. www.fne.asso.fr

 -----------------------

LYFtv a besoin de votre soutien - abonnez vous !

Lire la suite - Scandale Volkswagen : pour France Nature Environnement, "les autres trichent aussi"

Uranium : la France otage de ses choix nucléaires en Afrique ?

jeudi 7 novembre 2013

La France est-elle otage de l’uranium, combustible nucléaire ? C'est la question que pose aujourd'hui le MAN, Mouvement pour une Alternative Non violente. Deux événements récents dans l’actualité (la libération des otages, et l’assassinat de deux journalistes) mettent en lumière les relations que la France entretient avec le Mali et le Niger. 
" Les 4 otages français Pierre Legrand, Marc Feret, Thierry Dol et Daniel Larribe, enlevés au Niger le 16 septembre 2010 par AQMI ont été libérés. A ce premier événement le MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente) ne peut que se réjouir. Deux journalistes de Radio France internationale (RFI), Ghislaine Dupont et Claude Verlon, ont été assassinés dans le nord du Mali, samedi 2 novembre, par un groupe d'hommes armés qui venait de les enlever, alors qu'ils effectuaient un reportage à Kidal. A ce deuxième événement le MAN ne peut que s’attrister et compatir à la douleur de leurs familles. Cependant au delà de l’émotion qui a accompagné ces deux nouvelles, le MAN souhaite apporter quelques éléments d’analyse. La prise d’otage de salariés des grandes sociétés françaises Vinci et Areva est liée à l’exploitation de l’uranium pour l’énergie nucléaire française. Au Niger le groupe français Areva a produit l’an dernier 37% de ses 9760 tonnes d’uranium avec une rentabilité non négligeable puisque cette activité a rapporté 352 millions d’euros de résultats opérationnels, sans que les compensations pour les populations soient le moins du monde à la hauteur des profits engrangés par cette société. 
 La libération des otages est intervenue au moment crucial où le Niger (qui a pris une part importante dans les négociations pour la libération des otages) et Areva ne parviennent pas à s’accorder sur le renouvellement de certaines concessions qui permettent à la société française d’exploiter l’uranium nigérien. Dans cette région du monde où la majorité de la population est pauvre, d’énormes sommes d’argent sont en jeu. Au-delà des contreparties de la libération des otages qui ne peuvent manquer d’avoir été données, et qui, de fait, participent au financement du terrorisme, il faut savoir qu’Areva a reconnu avoir offert 35 millions d’euros au gouvernement du Niger pour renforcer la sécurité de l’extraction de l’uranium. 
Les attentats du 23 mai dernier avaient fait une vingtaine de morts à Agadez et à Arlit sur le site exploité par Areva où les otages avaient été kidnappés. La présence d’Areva, (l’intervention de l’armée française au Mali voisin, aurait-elle eu lieu sans l’exploitation de l’uranium par cette société française ?) augmente l’instabilité de cette région du monde et le risque d’actes de terrorisme. L’assassinat des journalistes français en est hélas un triste exemple. Un véritable jeu d’échec sanglant se déroule actuellement dans le Nord du Mali. Cette région reste très instable, attentats et attaques se multipliant à l’approche des élections législatives, dont le premier tour est prévu le 24 novembre. Tout cela est lié en partie à l’entêtement du gouvernement français à poursuivre la filière nucléaire. Contrairement à ce que veut faire croire le puissant lobby pro-nucléaire, l’énergie nucléaire française n’est ni indépendante, ni sûre. Le MAN réitère son opposition au nucléaire civil et militaire. 
 De la mine aux déchets, disons non au nucléaire, civil et militaire !"
 Lyon le 5 novembre 2013,
 Pour le MAN Yvette BAILLY Porte-parole



Lire la suite - Uranium : la France otage de ses choix nucléaires en Afrique ?

 
 
 

LYFtv-Environnement