Affichage des articles dont le libellé est région. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est région. Afficher tous les articles

La région s'engage sur un plan de prévention des risques technologiques

vendredi 25 octobre 2013

             
En Rhône-Alpes, 77 sites industriels sont classés à haut risque technologique, c’est-à-dire présentant des risques majeurs pour la population et les installations avoisinantes en cas de dysfonctionnements. Les plans de prévention des risques technologiques (PPRT) ont pour objectif de concilier activité économique et emploi, sécurité des biens et des personnes, qualité de l’environnement et aménagement du territoire, autant de compétences et d’objectifs du Conseil régional. 

Depuis 2012, les PPRT font l’objet d’un cadre législatif, régissant notamment la répartition, des charges entre l’Etat, les exploitants des sites et les collectivités concernées. En effet, les plans peuvent prévoir des mesures foncières d’expropriation, des mesures de renforcement du bâti ou encore d’amélioration des process industriels. 
Alain CHABROLLE, Vice-président à la santé et à l’environnement, a souligné lors de la réunion de l'Assemblée Régionale le 25 octobre 2013 que « Le Conseil régional, très attaché à la sécurité des Rhônalpins, répondra bien sûr à ses obligations, mais souhaite cependant rester maître du budget qu’il entend y consacrer, et, dans ce cadre, demande à l’Etat une programmation budgétaire et un calendrier d’avancement des PPRT fiables. Les estimations varient en effet aujourd’hui entre 8 M€ et plusieurs dizaines de millions d’euros ! »
Jean-Jack QUEYRANNE a annoncé des exigences particulières : « Concernant les mesures dites supplémentaires, le Conseil régional entend conditionner son aide financière à divers engagements de l’exploitant, en particulier la non délocalisation de l’activité faute de quoi la Région se réservera le droit d’exiger le remboursement des aides versées ». Jean-Louis GAGNAIRE a rappelé quant à lui que « la Région Rhône-Alpes, première région chimique de France, contribue à la réduction des risques pour les entreprises et les populations riveraines, tout en veillant au maintien de l’emploi et de l’industrie dans notre région » Après celui de Pont-de-Claix (Isère), le Conseil régional a voté le PPRT concernant le dépôt pétrolier d’Annecy/Seynod (Haute Savoie), pour un montant de total de près de 200 000€.
 50 PPRT devraient être adoptés avant fin 2015. 

Lire la suite - La région s'engage sur un plan de prévention des risques technologiques

Les Baronnies provençales, un nouveau Parc Naturel en Rhône-Alpes

jeudi 12 juillet 2012

Drôme+provençale
L'Assemblée régionale de Rhône-Alpes a acté, lors de sa séance du 12 juillet 2012, la création du parc Régional des Baronnies Provençales dans le pays drômois.  Après l’enquête publique qui s’était déroulée du 20 juin au 22 juillet 2011 et l’avis sans réserve rendu par la commission d’enquête, le projet définitif de charte du Parc naturel régional a été adopté par la majorité des collectivités locales concernées. Les deux conseils généraux de la Drôme et des Hautes-Alpes, 12 communautés de communes sur 14, 6 villes-portes sur 7 et 86 communes sur 130, soit 77,4% des habitants du territoire ont souhaité la création de ce PNR. 
La Région Rhône-Alpes, responsable de la procédure officielle de création du parc (le périmètre s’étendant aussi sur PACA), a approuvé le projet de charte constitutive et a sollicité, par cette délibération, le classement de ce territoire en Parc naturel régional par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, pour une durée de 12 ans. Eliane GIRAUD, conseillère déléguée à l’administration générale et aux parcs naturels régionaux, a rappelé que « cette charte est l’aboutissement d’un long processus de concertation ; ce nouveau Parc naturel régional répondra à trois ambitions majeures : la préservation des atouts naturels et humains, la valorisation économique des ressources et l’aménagement cohérent, solidaire et durable des Baronnies Provençales. » « C’est une chance de compter sur notre territoire un 7ème Parc naturel régional. » a ajouté Jean-Jack QUEYRANNE. « Cette création conforte Rhône-Alpes dans sa place de leader en termes de PNR ; ces espaces de vie dépassent largement le cadre de protection de l'environnement et prennent en compte les thématiques sociales, professionnelles, culturelles de ces territoires à part. » 
G.R.
(redaction@lyonenfrance.com)


CHARTES DES PARCS NATURELS NATIONAUX DE LA VANOISE ET DES ECRINS 
La loi du 14 avril 2006 a réformé le statut des parcs nationaux et a notamment institué, à l’instar des Parcs Naturels Régionaux, des chartes, que doivent approuver les collectivités locales périphériques de la zone protégée actuelle pour intégrer le parc. Ces chartes contractualisent un plan de préservation et d’aménagement à 15 ans, décrivant des mesures de protection de l’environnement. Les conseillers régionaux ont été invités à prendre acte des conclusions favorables du Comité régional pour le suivi de l’élaboration et la mise en oeuvre des chartes des parcs, concernant le Parc national de la Vanoise et le Parc national des Ecrins.
----------------


Lire la suite - Les Baronnies provençales, un nouveau Parc Naturel en Rhône-Alpes

Région Rhône-Alpes, la montagne toujours aussi belle en 2040 ?

lundi 30 janvier 2012

montagne+rhône-alpes
La Région vient de de lancer une démarche prospective et participative avec les jeunes Rhônalpins sur le thème de la montagne. 
Représentant 70% du territoire et 3 massifs aux réalités multiples (Jura, Alpes et Massif central), la montagne en Rhône-Alpes constitue un enjeu majeur. Face au changement climatique, aux ressources disponibles et à la fragilité des économies montagnardes, la pertinence du modèle de développement actuel pose question. 
 Pour Jean-Jack Queyranne, le Président de la Région Rhône-Alpes, qui a présenté ce projet baptisé "Montagne 2040"  le 27 janvier 2012, "Il est nécessaire et urgent de repenser dès aujourd’hui le développement des territoires de montagne". "Le modèle actuel, celui qui s’est imposé dans les années 60, a atteint ses limites. "
Autour des thèmes Création de richesses en montagne et Projets de vie en montagne,  cette démarche prospective et participative innovante, à partir du regard des jeunes a pour but de créer les conditions qui permettront à chacun d’envisager un avenir en montagne.

Actuellement, la plupart des scénarii évoquent l’horizon 2020, soit dans 8 ans à peine.
Montagne 2040 ambitionne une réflexion sur la montagne à 30 ans. En octobre prochain, les 8ème Assises européennes de la montagne portées par Euromontana seront organisées  à Chambéry sur le thème « jeunes et montagne ».
G.R.
(redaction@lyonenfrance.com)
----------------------

Lire la suite - Région Rhône-Alpes, la montagne toujours aussi belle en 2040 ?

Tourisme, le beaujolais, nouvelle destination des... lyonnais !

vendredi 24 juin 2011

TrévouxUn village de provence ? Non, il s'agit tout simplement de Trévoux, à la limite du Beaujolais et de la Dombes, qui vient de réaménager ses berges de Saône et dont le dynamique Office du Tourisme a obtenu le référencement dans le guide Michelin des "100 plus Beaux Détours de France" (à commander ou télécharger gratuitement ici).

D'après une étude de l'Ipsos rendue publique par le Comité Régional du Tourisme, les tendances de fréquentation évoluent rapidement en Rhône-Alpes et l'effort consenti par les professionnels commence à donner des fruits.  Bien que dépourvu de "pont" cette année, le mois de mai 2011 a été marqué par une reprise de l'activité :  52% des professionnels font état d’une bonne fréquentation (contre 44% en mai 2010)
Le site des "cascades" de Trévoux (voir la vidéo de LYFtv.com)
Si les établissements de montagne ont connu, du fait d'un faible enneigement, quelques mois difficiles, le tourisme "urbain" - autour de Lyon - a bénéficié de la multiplication des salons et les zones de campagnes péri-urbaines (beaujolais, monts du lyonnais...) notent un retour des touristes européens (belges, allemands, hollandais...) ainsi que le développement d'un nouveau "tourisme de proximité"
Les nouveaux "oenolodges du camping de Anse (voir la vidéo sur LYFtv.com)
Les nouveaux "oenolodges" installés dans le camping des portes du beaujolais à Anse (près de Villefranche sur Saône) par la société Marguerite et Compagnie ont connu un succès immédiat : "les touristes apprécient cette évolution qui allie la proximité de la nature avec le confort du chalet en bois", note le directeur du CRT, Marc Béchet.  La directrice de ce camping municipal, Valérie Bererd,  est elle aussi enthousiaste : "après l'installation d'une dizaine de chalets, les taux de réservation ont explosé... la demande ne vient plus seulement des touristes éloignés, mais aussi par exemple de couples lyonnais qui désirent s'éloigner de la ville pour passer quelques jours tranquilles" ... "Nous avons aussi des familles lyonnaises victimes de la crise du logement, qui peuvent rester plusieurs mois, le temps de trouver un nouvel appartement". 

Des "éco-habitations" légères de loisirs
Ce concept de village "éco-construit" dans lequel tous les chalets sont différents et répondent à des normes environnementales très strictes, semble promis à un bel avenir. Le carnet de commande de la société Marguerite et Cie, dans laquelle la directrice a pris des parts, se remplit rapidement, "même si la concurrence des pays de l'Est qui fabriquent aussi des mini-chalets en bois (Pologne, Estonie...)  est très rude"...
 "Ce modèle est totalement reproductible et on imagine déjà la création d'une ligne qui regroupera des chalets avec toits végétalisés, des ensembles avec saunas, des spas, des villages à thème..." s'enthousiasme l'un de ses associés. 

Une évolution profonde de la demande ?
Si ce "printemps" du tourisme en Rhône-Alpes semble faire écho à la baisse des réservations pour les destinations des pays méditerranéens (la Tunisie, le Maroc, l'Egypte et même l'Espagne et la Grèce peinent à faire revenir les touristes), les professionnels semblent donc plutôt croire à une évolution profonde, liée peut être à la "boboïsation" de la demande. "Aujourd'hui on veut bien faire du camping, mais avec internet à portée de main et sans avoir à planter la tente", s'amuse Marc Béchet, qui voit avec satisfaction l'augmentation de la demande dans les départements du Rhône, de la Loire et de l’Ain.

Quant aux établissements de montagne, il faudra bien qu'eux aussi fassent leur révolution. Analysant les chiffres donnés par Ipsos, Jean Jack Queyranne, le Président de la Région Rhône-Alpes, note par exemple que "l'offre d'hébergement des refuges de montagne côté français n'est pas du tout à la hauteur de la proposition de nos voisins suisses".  Les professionnels des départements de Savoie, Haute-Savoie et Isère semblent d'ailleurs moins confiants, pour l'été, que leurs collègues du Rhône, de l'Ardèche de la Loire et de l'Ain. 

Gilles Roman
(redaction@LYonenFrance.com)

Lire la suite - Tourisme, le beaujolais, nouvelle destination des... lyonnais !

 
 
 

LYFtv-Environnement