Accéder au contenu principal

Accident nucléaire : l'OMS teste ses plans d' urgence

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), dont le siège est à Genève, vient de prendre part à un test des plans de réaction à une situation d’urgence radiologique par la simulation d’un accident dans une centrale nucléaire.
Cet exercice s' est fait en coordination avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et en coopération avec 74 Etats Membres de l’AIEA et neuf organisations internationales, afin de tester les préparatifs nationaux et internationaux pour répondre à une situation d’urgence nucléaire ou radiologique.

Au cours de l’opération qui a pris pour "cible" une centrale mexicaine (Laguna Verde), l’OMS a testé en particulier son Centre stratégique d'opérations sanitaires et son réseau pour la préparation et l'assistance médicales en cas de situation d'urgence radiologique (REMPAN), outils essentiels des activités de l’OMS pour la détection, l’évaluation des risques pour la santé publique et l’intervention sous l’égide de deux conventions d’urgence et du Règlement sanitaire international (RSI-2005).
Le Bureau régional OMS pour les Amériques et le Bureau de l’OMS au Mexique devaient en particulier interagir avec le Point focal national RSI au Mexique pour tester les voies de communication dans le cadre du RSI.

Faire face à une urgence ou à un incident radiologique ou nucléaire.
Des tests du plan international, appelé « Joint Radiation Emergency Management Plan », sont conduits régulièrement à quelques années d’intervalle pour que l’AIEA, ses Etats Membres et les organisations internationales puissent tester leur préparation à travailler en coopération et à faire face efficacement à une urgence ou à un incident radiologique ou nucléaire.

L’exercice visait avant tout à tester les réseaux de communication et les dispositifs d’aide internationale. Il devait permettre à l’OMS, ses centres collaborateurs et le Bureau régional OMS pour les Amériques de tester des éléments fondamentaux de l’action de la santé publique en cas d’urgence : communication, coordination des activités au sein de l’OMS, avec l’AIEA et d’autres organismes internationaux.

Le réseau mis en place pour l' exercice comprenait l’AIEA, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Organisation mondiale de la Santé, l’Organisation mondiale de la Météorologie (OMM), le Mexique et ses pays voisins.

Commentaires

Actuellement sur LYFtvNews :