WINS : l'Unesco met en ligne les données mondiales sur le cycle de l’eau

mardi 31 janvier 2017

               
WINS : les données mondiales sur le cycle de l’eau accessibles en quelques clics
Créer une carte sur mesure intégrant des données sur les zones arides, les précipitations, les aquifères transfrontaliers et l’irrigation en Asie ou dans le bassin méditerranéen : ce sera désormais possible grâce à WINS, une plateforme interactive libre d’accès lancée le 31 janvier par le Programme hydrologique international (PHI) de l’UNESCO. Destinée à être continuellement enrichie et mise à jour, cette base de données globale vise à devenir une référence mondiale sur le cycle de l’eau.  
Alimentée par des sources internationales (AQUASTAT, Organisation mondiale de la santé, Fonds des Nations Unies pour l’enfance, UNSTAT…) et par les partenaires de l’UNESCO, WINS a pour vocation de rassembler un maximum d’informations validées sur le cycle de l’eau. La plateforme reflétera aussi les informations relatives aux programmes phares de l’Organisation tels que les sites du Patrimoine mondial, les réserves de biosphère ou encore les géoparcs mondiaux UNESCO.
Les utilisateurs auront la possibilité de visualiser et même de générer des cartes sur mesure, en fonction des problématiques qui les intéressent. WINS permettra aussi aux membres de la communauté de l’eau d’aller plus loin en favorisant l’échange de données, une collaboration interdisciplinaire et une mise en réseau des acteurs du secteur de l’eau.
La mise en place de WINS fait suite à une résolution du Conseil du Programme hydrologique international de l’UNESCO adoptée en juin 2016 afin d’aider les Etats membres à mettre en œuvre l’Objectif de développement durable des Nations Unies n°6 sur l’eau et l’assainissement.
***
Lien WINS : https://fr.unesco.org/phi-wins

Lire la suite - WINS : l'Unesco met en ligne les données mondiales sur le cycle de l’eau

Digne de l'invention de Louis de Funès dans la Zizanie : l'absorbeur de CO2 !

mardi 24 janvier 2017

             

Pollution : l'OMPE lance l'idée de l'Absorbeur de CO2

L'absorbeur aérien

Gil Emmanuel, président de l’OMPE, déclare :

« On ne voit même plus le travail de notre inventeur et artiste Mr Gustave Eiffel, c’est une honte pour la France ! Si l’air est pollué, alors absorbons cette pollution de l’air avec l’absorbeur ! »  


Les principes de l’absorbeur : il suffit de constater que toutes les solutions ou verrues actuelles continuent d’additionner des gaz comme le CO, le CO2 et le méthane dans l’atmosphère alors qu’il faut les soustraire ! Même si les prévision des scientifiques sont déjà alarmantes, elles sont pourtant inexactes et nous ne sommes pas à l’abri d’une augmentation encore plus significative des chaleurs, taux de co2, méthane… Des problèmes auxquels nous ne pourrons plus faire face si nous ne prenons pas des mesures urgentes ! Avec l’absorbeur de l’OMPE, nous pouvons désormais le faire ! Saviez-vous, par exemple, que la vallée de Chamonix est encore plus polluée en hiver que Paris ? C’est même la championne de la pollution hivernale (particules fines, dioxyde d’azote, de souffre, ozone) !
L’absorbeur, projet soutenu par l’OMPE, diminue logiquement et mathématiquement l’excès de ces gaz dans l’air ! Ainsi, il permet :
  • une absorption des gaz polluants (CO, CO2, méthane) et micro-particules ;
  • la transformation des gaz en liquides récupérés dans la cuve en sous-sol ;
  • l’enlèvement des micro-particules.

Comment fonctionne l’absorbeur ? L’absorbeur se comporte comme un filtre. Il existe :
  • des macro-absorbeurs à poser sur les collines, dans les vallées ou en bordure des villes ;
  • des absorbeurs normaux dans les villes ;
  • des micro-absorbeurs dans les maisons ou les voitures.
L’écran de l’absorbeur doit s’orienter face au vent. En cas d’absence de vent, un ventilateur entre en fonction afin de créer un courant d’air. L’air pollué entre dans les filtres qui traitent à la fois les micro-particules et les gaz. Les micro-particules sont ainsi retenues dans les filtres et les gaz sont absorbés et liquéfiés (modification des pressions) au moment de leur stockage dans la cuve, divisée en 3 compartiments séparés pour recevoir le CO, le CO2 et le méthane.
absorbeur de co2 OMPE
La maintenance doit prévoir le vidage des cuves dans des camions de ramassage et le nettoyage des filtres à particules via un protocole sécurisé spécifique. Les filtres à micro-particules ont une spécificité qui leur permettent de ne pas filtrer les pollens qui sont rejetés, comme de si rien n’était, en arrière de l’absorbeur.
En entrée et en sortie des zones absorbées, des capteurs OMPE reçoivent et analysent les valeurs des prélèvements de gaz et de micro-particules. Ces données sont remontées en temps réel au centre de l’OMPE, en France, et affichées ensuite sur le site de l’OMPE (partie écran de contrôle, catégorie atmosphère). Des publicités pourront être apposées sur les 2 faces des absorbeurs.

Les objectifs de l’absorbeur de CO2 Les objectifs d’une telle innovation sont précis :
L’OMPE souhaite faire appel à divers soutiens pour mettre en place l’absorbeur de CO2, et notamment à :
  • des sociétés, inventeurs ou scientifiques pour la fabrication de l’absorbeur ;
  • des sponsors afin d’apposer des publicités environnementales ou écologiques à l’arrière des absorbeurs.
 La force et la particularité de l’OMPE, c’est que c’est la seule association au monde qui appréhende tous les problèmes environnementaux au niveau mondial. 
L’OMPE est une association totalement indépendante, intègre et honnête, elle ne touche aucune subvention et n’est rattachée à aucune entité ou groupement politique, idéologique ou religieux. Elle ne fonctionne que par les dons de ses adhérents et de ses bienfaiteurs (sociétés ou mécènes).
Gil Emmanuel, président 
contact@ompe.org
http://www.ompe.org

Fichiers joints

Communiqué de presse. 

Lire la suite - Digne de l'invention de Louis de Funès dans la Zizanie : l'absorbeur de CO2 !

 
 
 

LYFtv-Environnement